POUR QUI DANSER ?

Récit - 136 pages en couleur - Chrystel JUBIEN

Livre papier : 15 € ACHETER

Livre numérique : 9,99 € ACHETER

Une expérience sensible de la danse et du cinéma en prison Journal de tournage

***

J’ai accompagné Emmanuelle jusqu’à la prison un jeudi après-midi, et n’ayant pas l’autorisation d’aller plus loin, je suis restée sur le parking, devant la porte extérieure de la maison d’arrêt. J’ai attendu qu’elle ressorte.
J’ai passé deux heures à attendre, dans le silence autour du bâtiment gris en forme d’étoile. Je n’entendais que les oiseaux et le vent, mais parfois dans les sif antes, des voix se mêlaient imperceptiblement. Des voix humaines sorties des murs se noyaient dans les tourbillons d’air, déjà disparues, déjà envolées. Les voix des détenu.es qui par instant s’échappent comme des bribes de son traversant les murs et le temps.
Les grandes herbes sauvages qui entourent le parking semblaient absorber ces voix à peine audibles, perdues dans le vide de l’air libre. Le lm est comme ces herbes, il va absorber le sensible et le mouvement des femmes qui dansent.

***

Je suis entrée à la Maison d’arrêt des femmes de Fleury-Mérogis une première fois en 2015. La danseuse et chorégraphe Emmanuelle Rigaud préparait un spectacle avec des détenues et sa compagnie pour laquelle je travaillais comme photographe vidéaste. Je suis revenue en 2018 avec le projet de lmer l’atelier de danse orientale qu’Emmanuelle animait depuis dix ans à la MAF. L’atelier hebdoma- daire d’une heure trente est souvent escamoté, car les détenues arrivent en retard, et à l’heure xe les surveillantes viennent les chercher pour retourner en cellule.
Les femmes ne sont jamais sûres d’être là, parfois on oublie de les appeler, elles peuvent être punies, ou on les convoque à un rendez-vous médical ou judiciaire, parfois elles n’ont pas le courage de venir. Chaque semaine pendant an, comme un rituel, j’ai lmé un moment encadré par des règles (horaires, contraintes et inter- dits). Mais le temps crée un autre rapport au lieu, aux corps, aux femmes, et dans ce temps long de la répétition s’est tissée la rencontre.