Nos prochaines parutions...

L'OMELETTE AUX SILEX d'Alexis BAUZET

Sortie le 5 février...

Léonard est un jeune garçon vivant avec sa grand-mère dans le quartier de Beaubourg au début des années 80. Ils ont un lien fusionnel qui l’amènera à être épris de traditions que lui transmet la vieille femme. Les vacances en Touraine, au sein de la ferme du cousin Jean, perchée sur le haut d’une colline, sont l’occasion pour ce gamin de la cité de renouer avec la ruralité et tous les trésors dont elle regorge. Chaque jour, est autant d’excès commis par ce jeune génie de la truculence. Pris par les dettes, Jean se voit approcher par le coiffeur du bourg, un personnage cupide, afin de lui soutirer sa ferme pour une bouchée de pain. Sans se soucier des affaires des grands, Léonard multiplie les impairs dans la cambrousse qui l’entraîne dans des situations Rabelaisiennes. La famille et les camarades de Jean sont autant de personnages qui le façonnent et l’affirment pour devenir un jour, comme il le souhaiterait, cultivateur au sein de la métairie.           

Bibliophile et lecteur boulimique, Alexis Bauzet est graphiste dans le domaine du jeu vidéo. Ecrire, pensait-il, cela n’arrive qu’aux autres. Et puis il y avait Rabelais, Boudard, Simonin et Audiard qui le chatouillaient de leur plume. Parmi ces derniers deux furent tolards, pourquoi pas un graphiste après tout. Alors il mit de côté ses images pour en peindre d’autres au travers d’une histoire truculente et poétique. Paysages enivrants et personnages bien trempés composent son univers d’une France du début des années 80.

 

LE RIRE DU CROCOLION de Jean-Pierre JUB

 Sortie le 25 mars

L’histoire commence en 1948 dans les mines d’ardoises de Trélazé

Yves Couadic un jeune mineur meurt accidentellement dans une galerie au fond de la mine. Les mineurs reprochent au chef clerc Jean-Marie Levilain de ne pas avoir porter secours à Couadic. Une émeute s’ensuit et le directeur de la mine qui est aussi le père de Levilain éloigne son fils pour calmer les esprits.

10 ans plus tard au cours de la bataille d’Alger, Levilain  qui est devenu capitaine dans une unité de parachutistes retrouve dans son bataillon un certain Alain Couadic un jeune appelé qui n’est autre que le frère d’Yves le mineur mort au fond de la mine de Trélazé.

Les deux hommes vont être tués par le FLN au cours d’une opération de maintien de l’ordre dans la casbah d’Alger.

Le temps a fait son œuvre, cette histoire est tombée peu à peu dans l’oubli…

L’as des as de la police française le commissaire Max Guillemot a pris sa retraite depuis peu. Il est appelé au chevet d’une vieille dame mourante, la mère des frères Couadic. Elle révèle à Max que son copain d’enfance Alain n’est pas mort comme on veut le faire croire mais qu’il vit en Algérie. Max est perplexe mais elle insiste et pour qu’elle puisse mourir en paix, il lui promet de rechercher un certain Benarbi que Madame Couadic désigne comme agent de liaison entre elle et son fils.

Guillemot se rend au cimetière de Trélazé où selon ses dires Madame Couadic a caché les preuves de ce qu’elle avance. Lorsqu’il arrive sur les lieux, c’est pour voir un homme fuir et constater que les preuves ont disparu, aussitôt  des évènements tragiques vont s’enchaîner qui vont inciter Max  reprendre du service  pour une dernière enquête qui va le mener à Alger au cœur de la casbah aux prises avec la mafia algéroise .

 Jean-Pierre JUB est écrivain voyageur, après  plusieurs récits, il signe ici son premier polar.

Au Yémen : Quelques pas vers la guerre... de Sébastien DELEDICQUE

Sortie le 22 avril

Depuis près de cinq ans, le Yémen subit des assauts impitoyables. Bombardements, blocus alimentaire, tentatives d’invasions terrestres, les coups s’abattent quotidiennement. Or, la vie continue. N’en déplaise à ses ennemis – les furieux qui voudraient modeler ce pays à leur image – patient, confiant, ferme, le peuple Yéménite tient bon. Des grands empires antiques pourvoyeurs d’encens, au royaume des hauts plateaux isolé du reste du monde jusque dans les années 70, en passant par la colonisation britannique du littoral autour du célèbre port d’Aden, l’histoire de ce pays est riche. Un passé ayant enseigné aux Yéménites à faire face, afin de sauvegarder leur saine identité. Voici le sens des trois nouvelles réunies dans ce volume :Servantes, soldats, enfants, instituteur, paysanne, pour chacun des personnages, quel que soit l’époque, il faut bien trouver la lumière qui saura vaincre les ténèbres. Comment ne pas sombrer quand on vous tire vers le bas ? Comment conserver son être quand on essaye de vous défaire ?

Sébastien Deledicque, 42 ans, a vécu de 2002 à 2015. au Yémen. Cette expérience de vie lui a permis d‘approcher, de côtoyer et de fraterniser avec un peuple souvent méconnu, isolé le long de côtes brûlantes, au fond de wadis verdoyants ou au sommet de vertigineuses montagnes. Sébastien Deledicque y a été tour à tour professeur de français, responsable de centre culturel, consultant dans l’industrie pétrolière, sans emploi, pêcheur… Revenu en France depuis le début de la guerre en cours, il conserve un profond attachement pour le Yémen et les Yéménites, l’incitant à témoigner. Il se consacre aujourd’hui à l’écriture et à la  littérature.

PLUS TARD EN 2020

ET LES BEATLES CHANTAIENT... de Sarah BELL

UN FUNAMBULE ENTRE DEUX MONDES de Christophe AUBERTHIER